Pour une réhabilitation de la « PIMP slap »

Loin d’être un acte foncièrement misogyne et haineux, la Pimp Slap est un geste à apprendre dans toutes les écoles, a enseigner à tous, garçons et filles, pour désamorcer les conflits d’une manière juste, sobre et efficace.

On vous a longuement parlé, dans un précédent article du noble métier de proxénète. Vous avez pu voir qu’on a essayé d’exposer tous les aspects du mythe du PIMP, de la tenue spectaculaire, au business en passant par le côté domination psychologique. On ne vous a rien épargné et on a pris tout notre temps.

hannibal

Comme on vous l’a dit dans ce chef-d’oeuvre, la maîtrise de la tarte dans la ganache est un des éléments de base du code du Pimp. Le Maquereau a l’habitude de distribuer des coups de pieds au cul quand c’est trop le bordel dans le bordel.

pimp_hand01

Je sais ce que vous allez me dire: « gnagnagna, frapper une femme, ça ne se fait pas, gnagnagna, les femmes sont des princesses, gnagnagna, les vrais hommes ne cognent pas les ladies…« . C’est vrai que les proxénètes ne sont pas forcément les personnes les plus exemplaires en matière de relations humaines, de valeurs morales et de conneries dans ce genre mais ils sont efficace dans la gestion de leur business et on a des choses à apprendre d’eux. Même sur le plus gros tas de merde du monde, on peut toujours y faire pousser des trucs sympas. Baudelaire avait dit un truc dans le genre quand il avait sorti les Fleurs du Mal, où il parlait de lesbiennes et d’albatros.

La tarte de PIMP ou le coup de pied au cul, selon la partie du corps disponible, c’est l’assurance d’éviter des longs discours inutiles, et la possibilité pour tout un chacun de faire valoir son point de vue sans user de violence excessive. L’amour des calottes dans la bouche, c’est aussi ce que Terrence Hill et Bud Spencer nous ont laissé de mieux avec la série des « Trinita ».

Dieu-pardonne-moi-pas-

La claque de fin de discussion: l’allié du féminisme

« On ne doit jamais frapper une demoiselle ». C’est un postulat de base, connu de tous et respecté la plupart du temps. Une vieille règle, héritée de la chevalerie d’antan, époque où des mecs comme Lancelot ou Perceval étaient capables de se faire transpercer le bide pour s’allonger à côté d’une pétasse mariée sans la toucher à cause d’une ceinture de chasteté. (les pigeons)

coin coin

Coin coin coin coin coin!

Une situation peu enviable à la fois pour les chevaliers, condamnés à faire les canards ad vitam aeternam, mais aussi pour les demoiselles en détresses, qui n’étaient pas maîtresses de leur sort. La princesse de l’époque est quand même condamnée à rester à la maison, à faire des gosses et la bouffe et à fermer sa gueule.

Les hommes devaient se faire péter par des dragons ou des Sarrazins pour plaire aux femmes mais ils avaient une liberté de mouvement que leurs épouses n’avaient pas. Les femmes étaient traitées comme des princesses mais elles devaient rester à la maison et pas trop moufter. On était dans un sous-optimum et dans un juste partage de la merde. C’était limite acceptable.

Les temps ont changé. Les femmes ont acquis la possibilité de gagner du pognon, de se déplacer seules, de voter et elles ont même leur ligue de football professionnelle (c’est lent, on se fait chier quand on regarde et en plus elles n’enlèvent jamais leur T-shirt pour célébrer un but mais ça existe). Les femmes ont les mêmes droits que les hommes et c’est super.

Mais il faut que l’égalité soit absolue et valable dans tous les domaines. Et c’est là que les féministes les plus connasses sont de grosses hypocrites. Elles souhaitent être payées pareil pour le même taf mais demandent à se faire inviter au resto par des gentlemen. Payer le resto quand ta meuf touche les allocs alors que tu es cadre, c’est OK, mais si ta meuf est cadre alors tu bosses à Pizza Hutt, c’est une filsdeputerie sans nom.

Se faire payer des trucs, c’est une profession, ça se mérite, ça demande un entrainement comme le montre l’ami Kanye. Ce n’est pas un droit inaliénable lié à un sexe en particulier.

gold-digger-magnet

Dans le même ordre d’idée, avant, un accord tacite interdisait aux gentlemen de lever la main sur les femmes, tout comme il interdisait aux femmes d’ouvrir la bouche en public. Une loi archaïque mais c’est comme ça que ça fonctionnait dans l’ancien temps. Aujourd’hui, la femme est autorisée à parler en public, et elle peut même s’embrouiller avec d’autres personnes, y compris des hommes et c’est bien mieux comme ça. On est passé d’une société où chaque personne était assignée à un rôle précis selon ce qu’on lui avait donné entre les jambes à une société où chacun peut désormais choisir ce qu’il est, changer ce qu’il est, et même revenir à ce qu’il était avant… et ça c’est beau.

monsieur-madame-garrison
Exemple de ces trajectoires de vies uniques: M. Garrisson, un professeur de primaire homosexuel, aimant introduire des gerbilles dans le fion de son assistant culturel. Il devient ensuite Mme garrison, une farouche militante des droits des Lesbiennes avant de redevenir M. Garrisson et de briguer le poste de Président des Etats Unis d’Amérique. Un beau parcours, et une source d’inspiration pour la jeunesse. 

Les femmes veulent les mêmes vies que les hommes et les même avantages dans la sphère publique.

Dès lors, en vertu de quoi, un « fils de pute » balancé par une femme hors de contrôle  ne serait pas sanctionnée d’une raclée au même titre que si elle avait été balancée par un homme?

http://www.worldstarhiphop.com/embed/51472

On va me dire que les femmes n’ont pas les mêmes capacités physiques qu’un homme, ce qui est vrai (Exceptions: Ronda Roussey, Grace Jones et Zaho qui soulève 125kg en développé couché) et qu’il ne faut donc pas les violenter comme des hommes. C’est vrai mais la PIMP slap n’est pas l’apanage des hommes aux gros bras comme la grosse droite que cet aimable chauffeur de bus a envoyé à une greluche hystérique.

La mandale, tout le monde peut la balancer, y compris les femmes et c’est ce qui la rend belle et fascinante.

La Tarte égalitaire

On parle ici de calotte dans la bouche, pas de violence extrême. L’avantage de la tarte sur le savatage ou le kung fu, c’est qu’il ne met pas en avant un rapport de force inégalitaire. Tout le monde ou presque peut tarter à condition d’avoir une main. Même les enfants, même les femmes peuvent physiquement balancer une mandale. On peut y ajouter des variations esthétiques avec une prise d’élan, un aller-retour ou un revers élégant d’aristocrate. Tout est possible et pratiquement tout le monde peut s’y adonner en cas de besoin. Pour les plus délicats, on peut même rajouter du talc sur la paume des mains pour éviter les irritations. ça donne un effet au moment de l’impact qui n’est pas piqué des hannetons.

hook
Un des rares ne pouvant pas pratiquer la slap sous peine de causer de gros dégâts c’est lui… mais en même temps, il peut pas se gratter les couilles non plus.

J’ai le souvenir ému de cette grosse tarte qu’avait balancé Amira Casar à Richard Anconina dans la Vérité si je Mens. Elle lui a mis un revers de Nadal avec toute sa patate. J’en suis encore ému rien qu’à y penser.

Amira Casar, je t’aime.

Plus sérieusement, la tarte c’est un peu l’arme de dissuasion nucléaire. Le fait de savoir qu’on peut se manger un aller-retour de la part de n’importe qui, ça remet les idées en place et ça évite de dire de la merde à longueur de journée et ça c’est bien.

Quelques règles à respecter pour une PIMP Slap laïque et Républicaine

Evidemment, en l’état actuel des choses, la gifle de maquereau ne peut pas être pratiquée en toute quiétude pour deux raisons: la LOI et les MENTALITES.

Actuellement, c’est simple, si tu balances une tarte à quelqu’un, il peut te faire un procès pour coups et blessures, et si la personne a un médecin sympa qui peut chier des ITT à tours de bras, tu risques la prison pour une claque. Du coup, on devrait sortir la gifle des comportements sanctionnés par les lois sur les coups et blessures et admettre que c’est une forme d’objection tout à fait recevable dans une conversation.

Le changement des lois conduit au second problème: celui du changement des mentalités. Si on autorise la gifle partout, on va voir tout un tas de gros gogoles serrer des écrous à longueur de journées pour avoir les mains calleuses histoire balancer des trans-palettes de mandales  de cow-boy. On va aussi avoir le problème des personnes qui vont sur-réagir et agresser les gifleurs, voire même les tuer selon l’humeur.

Pour éviter l’escalade et les excès, on limitera donc le nombre de calottes à 1 par semaine et par personne, et on  éduquera les masses pour qu’elles comprennent que la calotte met fin à toute discussion et qu’elle oblige celui qui l’a reçu à ne pas répondre. En gros, la calotte Républicaine, c’est l’héritière du 49-3 et du chat-bite de Chirac.

Vers un apaisement des relations hommes-femmes.

On l’a dit plus tôt, l’acquisition du droit de cité par la femme, c’est super. Mais comme le disait un grand philosophe (Oncle Ben paix à son âme), un grand pouvoir implique de grandes responsabilités et comme le disait un autre grand penseur : « quand t’ouvres trop ton cul, faut la paire de couille qui va avec » . Une impunité totale devant des propos outranciers d’où qu’ils viennent serait totalement irresponsable et dangereux pour la démocratie (carrément).

spiderman

On a tous croisé des meufs hystériques capable d’enchaîner un « enculé, fils de pute, PD, fiotte fiotte » et d’embrayer sur les mères avec un flow faisant pâlir d’envie Twista. Dans le cas où cette logorrhée viendrait d’un homme, la seule réponse acceptable serait la violence, … mais là, le coupable est une femme. Du coup, vous êtes bloqué et vous ne pouvez que contenir votre haine et serrer votre petit poing très fort.

arthur meme

Chris Rock en avait parlé dans un de ses meilleurs sketchs: certaines femmes bien ratchets abusent de ce privilège hérité d’un autre temps et s’amusent à balancer tout un tas de saloperies en étant hors de contrôle. Dans ce cas, l’ancien officier Lee Butters propose de secouer la femme en question jusqu’à ce qu’elle retrouve la raison. Usage de la force dans le respect d’autrui.

C’est tout à fait l’esprit de la PIMP slap. On ne déploie pas une violence excessive mais on met fin à un dialogue stérile de la manière la plus claire et la plus concise possible.

En d’autres termes: une petite claque de fin de discussion permettant d’éviter que les situations s’enveniment inutilement. Hommes et femmes doivent pouvoir se tarter mutuellement dans le cadre de la loi cité plus haut.

Une arme politique

Les bienfaits de la mandale en politique ou dans la vie médiatique seraient légion. Déjà, sans forcer, je peux vous dire que ça aurait abrégé la carrière de pas mal de clowns.

Si tu sais que la merde qui sort de ta bouche peut conduire à ce que tu reçoives autre chose que de la pâte feuilletée sur la gueule, tu vas y réfléchir à deux fois avant d’aller te filmer en chemise blanche devant des cadavres libyens et de faire le guignol sur les plateaux de télé.

jamel

Eric Zemmour, avec son corps d’enfant maigre, n’aurait pas balancé la moitié de sa haine et de ses idées fallacieuses si celles-ci impliquaient un droit de réponse à cinq doigts de la part de ceux qu’il insulte à longueur de journée. Parce qu’on sait que le mec n’est pas particulièrement connu pour sa bravoure.

Je vois déjà les opposants à cette pratiquer me dire qu’on est sur de la confrontation physique, ça va être la loi du plus fort, et on ne pourra plus rien dire. Arguments de merde. On pourra toujours tout dire, mais on évitera de dire n’importe quoi sous peine, non pas de choquer telle ou telle communauté, parce que tout le monde s’en cogne, mais plutôt de perdre son intégrité physique devant la France entière, et ça c’est important.

Pour ce qui est de la loi du plus fort, c’est totalement faux, quand on sait qu’un des premiers adeptes historiques de la mandale dans le monde politique c’est François Bayrou.

François Bayrou c’est juste le type le moins impressionnant physiquement de France. Il a de grandes oreilles, un air de benêt et il bégaie, mais le jour où il a balancé un gifle au malandrin qui lui faisait les poches, il a acquis la street crèd’ de Suge Knight parce qu’il a mis fin de manière claire rapide et efficace à un comportement qui n’avait pas lieu d’être à ce moment.

La réforme de la mandale, c’est ce qui peut renouveler le paysage politique et redonner un nouveau souffle à une démocratie en pleine asphyxie. Par son sens de la mesure et son intelligence; la réforme de la calotte, c’est la réforme hoplitique des temps moderne, et Scatophages c’est le Solon de notre époque (Rien de trop.)

Al Pac’ le grand prêtre de la tarte de Mac’

S’il y a un ambassadeur de la PIMP slap dans tout ce qu’il a de plus glorieux c’est Al Pacino qui, à travers deux de ses plus célèbres personnages a donné une visibilité à ce moyen peu orthodoxe de mettre fin à une discussion stérile.

scarface stare

Le regard de Tony quand tu tartines sa sœur/quand tu payes un grec à sa sœur/ quand tu parles à sa sœur/quand tu regardes sa sœur/ quand tu penses à sa sœur.

Dans Scarface, Tony Montana, n’est pas seulement un gangster prêt à tout pour prendre ce qui lui revient de droit, c’est aussi un grand frère aimant et protecteur. Il n’hésite pas à couvrir sa petite sœur de cadeaux et de billets de 100 dollars pour la sortir de son cadre de vie difficile de couturière à Little Havana.

Cependant, Tony doit recourir à la PIMP slap quand il surprend Gina, sa sœur, la gueule enfarinée et sur le point de se faire culbuter dans les toilettes de son night-club préféré. La cocaïne, ça énerve et ça fait dire n’importe quoi surtout quand on est pas habituée comme Gina, alors, plutôt que d’essayer de raisonner sa sœur avec des grands discours sur la prévention du SIDA et le manque d’hygiène des toilettes de boite de nuit, Al Pac’ lui envoie une grosse torgnole et la fout KO pour lui remettre les idées en place. Un des plus grands moments du film avec la pendaison de cette balance de Omar Suarez.

Dans le Parrain, Al Pac’ incarne Michael, héritier de la famille Corleone. A la base, c’est un bon gars qui sort de l’armée, mais « quand il essaie de s’en sortir, sa famille le fait toujours rentrer ».

parrain

Michael Corleone doit reprendre les affaires (plus ou moins légales) de sa famille quand son père est victime d’un drive-by. Et quand on gère un business comme celui de la famille Corleone, on a pas forcément le temps de rester avec son épouse américaine pour lui expliquer toutes les subtilités de la vie en société dans une famille sicilienne. La femme de Michael ne savait pas forcément que dans une famille Sicilienne, croyant en Jésus-Christ, l’avortement d’un premier né mâle, ça la foutait mal.

Internet n’existant pas à l’époque, Michael ne pouvait pas rediriger sa chère et tendre vers un des sites de mouvances proches de Sens commun pour lui expliquer en un clic que l’avortement, c’était pas son dada. Signe des temps, Michael décide de régler ça en une claque.

La tarte est une des signatures des personnages les plus badass de Pacino. D’ailleurs, dans le film Old School, parodie française des films de gangster, Ali, le sosie arabe de Tony Montana doit balancer une demi-douzaine de gifles dans la gueule de la journaliste qui le suit.

old school

Voilà. Maintenant, vous pouvez essayer les mandales pour résoudre vos problèmes de la vie quotidienne. Vous serez plus détendus. Vous pourrez nous remercier plus tard et remercier la noble communauté des Macs. (RIP Pimp C)

pimp gif

Auteur: Brainiac Xanathos
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s